Qu'est-ce-que l'IAE?

« L’insertion par l’Activité Economique (IAE) a pour objet de permettre à des personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, de bénéficier de contrat de travail, en vue de faciliter leur insertion sociale et professionnelle.


Elle met en œuvre des modalités spécifiques d’accueil et d’accompagnement. Elle assure étroitement un accompagnement social et une activité économique pour permettre à ces publics leur remobilisation, leur qualification et leur accès ultérieur au marché du travail.


Le rôle de l’Etat consiste à accompagner, encourager et faciliter la pérennisation de ces initiatives locales qui savent faire coexister des objectifs de productivité et de solidarité.
L’IAE, notamment par la création d’activité économique, contribue également au développement des territoires »

Article L5132/1 du Code du Travail (modifié par la loi n°2008/1249 du 01/12/2008 – Article 20, relative au RSA et aux politiques d’insertion)

 

schemainclusionSIAE.png
picto loupe grossissement.png

Un peu d'histoire...

Historique général de l'Insertion par l'Activité Economique

Au début des années 50, les premières communautés Emmaüs inventent le concept de mise en activité des personnes comme moyen de lutte contre l’exclusion. Il ne s’agit pas d’insertion ou de réinsertion dans le monde professionnel, mais plutôt de permettre à ces personnes de retrouver leur dignité.

Dans le courant des années 60, la France, qui connaît une période prospère, intervient dans le domaine de l’action sociale en aidant des publics spécifiques en difficulté. Ce n’est qu’à la fin des années 70 qu’un courant de réflexion traverse la société sur l’utilité d’utiliser le travail et l’économique pour permettre une aide et une réinsertion des personnes exclues et/ou en difficulté. Pourtant, cette pratique est relativement ancienne. Des formes d’assistance par le travail existaient avant le développement du capitalisme industriel. Qu’il s’agisse des ateliers de charité sous François Ier, des maisons de travail sous Louis XIV ou encore des ateliers de secours organisés à Paris en 1789 et 1791[1], des nombreuses formes d’assistance par le travail se sont succédées jusqu’au XIXe siècle.  

Source : Fédération des Entreprises d'Insertion

http://idf.lesentreprisesdinsertion.org/index.php/urei/l-iae/26-historique-general-de-l-insertion-par-l-activite-economique

Les 5 dates clés de l'insertion professionnelle

Fin année

70

80

Les années

90

Les années

​Émergence des premières structures d’insertion et des enjeux de l’insertion pour les personnes en grande précarité.

Essor des entreprises d’insertion et les grandes questions liées à l’insertion du point de vue des publics visés et des politiques publiques. 

Reconnaissance de la démarche par l'insertion économique (Loi 3 janvier 1991)

  • 1985 : Le Groupe SOS, entreprise sociale, organisée sous la forme d’une association de lutte contre l'exclusion.

  • 1988 : Création du RMI (revenu minimum d'insertion).

  • Circulaire du 20 avril 1988 : accueil prioritaire des personnes en situation de marginalité par les Entreprises d’Insertion. 

  • Circulaire du 31 mars 1989 : les personnes prioritaires sont celles au chômage de longue durée.

  • Création du CNIAE : Conseil national de l’insertion par l’activité économique. (loi du 3 janvier 1991)

  • Appartition des structures d’insertion par l’activité économique (SIAE)

  • 1991 : Création d'Ares, l’Association pour la Réinsertion Economique et Sociale, acteur important de l’insertion par l’activité économique dont la vocation première est de favoriser l’insertion de personnes en grande exclusion

  • 1998 : la loi relative à la lutte contre l’exclusion entre dans le Code du travail. art.4

  • « Tout chômeur âgé de seize à vingt-cinq ans ou tout chômeur de longue durée ou rencontrant des difficultés d'insertion professionnelle a le droit à un accueil, un bilan de compétences et une action d'orientation professionnelle afin de bénéficier d'un nouveau départ sous forme d'une formation, d'un appui individualisé ou d'un parcours vers l'emploi ou la création ou la reprise d'entreprise ».

année

2009

1er juin 2009 : Le revenu de Solidarité active (RSA), se substitue au  revenu minimum d'insertion (RMI). Il sa pour but d'inciter au retour à l'activité les bénéficiaires des minima sociaux.

2019

année

Le 10 septembre 2019 : Thibaut Guilluy, président du Conseil de l’Inclusion dans l’Emploi, a remis « le Pacte d’ambition pour l’insertion par l’activité économique (IAE)Permettre à chacun de trouver sa place » à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. 

2020

année

Pour la première fois, c’est la nomination, d'une ministre déléguée à l’Insertion, Brigitte Klinkert avec l'intitulé "ministre du Travail, de l'emploi et de l'insertion".